Menu



Annulation du match, santé des joueurs sénégalais, remboursement des billets, le problème avec la presse en ligne, Me Augustin Senghor répond à toutes ces questions

Mercredi 14 Octobre 2020

Après l’annulation de la rencontre amicale entre le Sénégal et la Mauritanie, Me Augustin Senghor, président de la FSF, a été l’invité de RFM. Le patron du football national est revenu sur l’annulation du match, la santé des joueurs sénégalais, le remboursement des billets entre autres questions.


Le match entre le Sénégal et la Mauritanie a été annulé. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Avant chaque match, les équipes doivent suivre un protocole sanitaire. C’est-à-dire subir des tests covid-19 à deux jours du match. Les tests ont été réalisés pour le deux équipes, mais au sortir des résultats 8 cas positifs ont été déclarés du côté de la délégation mauritanienne. On était à quelques heures du début de la rencontre et on a jugé nécessaire d’en discuter avec le ministère de la Santé, ministère des Sports, le président de la fédération mauritanienne et le président de la CAF. C’est au sortir de ces discussions qu’on a décidé d’annuler le match. C’était difficile de prendre une telle décision parce que ce match était attendu par tout le monde vu les liens qui existent entre les deux pays. Mais il faut comprendre que nous avons privilégié la santé des joueurs au détriment de l’aspect festif de l’événement. En plus de cela, les clubs employeurs de nos joueurs nous avaient prévenu à prendre toutes nos dispositions pour mettre les footballeurs hors de danger. Pour qu’au mois de nombre prochain, ils puissent libérer nos joueurs sans problème. Donc, on ne pouvait pas prendre le risque de faire jouer et les exposer à des contaminations. En gros, c’est pour ces raisons que nous avons annulé le match en commun accord avec la fédération mauritanienne.

Pouvez-vous assurer l’opinion que les Sénégalais n’ont aucun contact avec les Mauritaniens depuis leur arrivée ?

Depuis qu’on a commencé notre regroupement au Maroc, on a fait trois tests et aucune personne de la délégation sénégalaise n’a été déclaré positive à la covid-19 parce que la fédération et nos autorités avaient pris toutes dispositions nécessaire pour éviter une contamination. À notre arrivée à Dakar, on a encore fait des tests qui n’ont rien donné de négatif. Après l’annulation du match également, nous sommes partis à l’IRESSEF pour des tests. Nous voulons libérer nos joueurs à leurs clubs avec sans contamination.

La rentrée des joueurs au niveau de leur club est prévue pour quand ?

À la suite de l’annulation du match, le coach Aliou Cissé a décidé d’organiser une séance d’entraînement. Une partie du groupe va rentrer cette nuit. L’autre partie demain (aujourd’hui, mercredi). Mais nous allons tout faire pour minimiser les contacts des joueurs avec leurs proches parce qu’ils sont toujours sous nos responsabilités. Nous ne voulons pas qu’ils ramènent le virus avec eux. Cela ne va pas dans leur intérêt ni dans l’intérêt du Sénégal. S’ils transportent le virus et contaminent leurs coéquipiers en club, ces derniers n’accepteront pas de les libérer pour nos matchs de novembres.

Les cas positifs de la Mauritanie vont rester au Sénégal jusqu’à guérison ou bien ils vont rentrer plutôt ?

Les autorités sénégalaises et mauritaniennes sont en train de discuter sur cette question. À partir du moment ou des cas ont été déclarés, la FSF n’est plus compétent à gérer le dossier. C’est maintenant l’affaire des autorités sanitaires du Sénégal, le ministre Abdoulaye Diouf Sarr, le ministre Matar Ba et leurs collègues mauritaniens. La Mauritanie et le Sénégal sont des pays frères et la meilleure décision sera prise. On peut les soigner au Sénégal jusqu’à leur guérison, mais si les autorités mauritaniennes veulent qu’ils rentrent également, ils pourront partir dans les meilleures conditions.

Après l’annulation, prévoyez-vous d’organiser à nouveau la rencontre ?

Les deux parties voulaient vraiment jouer ce match. Parce que les deux pays partagent beaucoup de choses. Seulement, il faut comprendre que le calendrier international actuel est trop chargé. Quand vous ratez un rendez-vous, il sera difficile de le rattraper. Rien qu’au mois de novembre prochain, on a deux matchs contre la Guinée-Bissau pour les éliminatoires de la CAN à venir. Au mois de mars, il y aura une autre date FIFA. Jusqu’à la fin de l’année 2021, il n’y aura que des matchs pour les éliminatoires de la CAN et de la Coupe du monde 2022. Il sera difficile d’avoir une date pour rejouer ce match. Les deux parties souhaitent jouer ce match. Et le fera si l’occasion se présente.

Allez-vous rembourser les gens qui avaient déjà acheté leurs billets ?

On a annulé le match à la suite d’un cas de force majeure. Cela n’était le souhait de personne. Malgré cela, il faut faire de sorte que personne ne soit léser. Surtout les gens qui avaient accepté d’acheter les billets à un prix cher pour accompagner l’équipe nationale. Ils ne vont pas perdre leur argent. On va les rembourser. Maintenant, il rester à déterminer la méthode de remboursement. On a tous les numéros de série. Ceux qui viendront à la fédération avec leurs billets seront remboursés soit en argent comptant soit les permettre d’accéder au stade pour la prochaine rencontre de l’équipe nationale en novembre face à la Guinée-Bissau.

La presse en ligne a dénoncé le refus de la FSF à son accréditation. Quelle réponse apportez-vous à cela ?

Je ne veux pas polémiquer. Le rôle de la fédération n’est pas d’organiser le secteur de la presse. Le constat est général. Même chez les journalistes, ils reconnaissent que le nombre de journalistes présents durant les matchs de l’équipe national est très impressionnant. Deux cent (100) voire plus de gens se réclament des journalistes et cela ne peut pas continuer. Le match devait se tenir à huis clos. Le match contre le Maroc s’est joué en huis clos. Aucun journaliste n’avait la possibilité de faire son travail, ni les journalistes marocains encore moins les journalistes sénégalais qui avaient fait le déplacement. Si ce n’était pas l’intervention de la fédération, ils n’allaient même pas suivre le match à partir des gradins. Mais nous, nous avons permis à nos journalistes de couvrir le match contre la Mauritanie pour le rôle qu’ils jouent pour le football et leur devoir d’informer la population. Ce n’est pas la fédération de faire le tri des organes en ligne. J’ai lu le communiqué de l’APPEL qui dénonçait la décision de la fédération, mais il faut comprendre que je ne connaissais pas l’existence de cette association par conséquent, je ne pouvais pas échanger sur la question avec son président Ibrahima Lissa Faye. La fédération ignorait l’existence de l’APPEL. Depuis que je suis président de la fédération, nous échangions avec l’ANPS. Mais il faut régler le problème, nous ne pouvons pas continuer à accréditer plus de 200 journalistes durant les matchs de l’équipe nationale.
TerrainAfrik
 


Nouveau commentaire :
Twitter

Football | Basket | Athlétisme | Volley ball | Hand ball | Lutte | Tennis | Natation | Arts martiaux | Rugby | Cyclisme | Video | Portrait | Entretien | Coulisses de la Can | Analyse | Blogs | GRAND CAMP | Ils lisent Sport 221 | Echos de la Tanière | Insolites | Le Mondial des coachs | Parole de Supporter | Russie 2018 | CORNER | RETRO | Editorial | Mercato | Foot Local | Arène bi | Equipe nationale | Afrique | Serie A | Espagne | Angleterre | France | Allemagne | Navétanes | Italie | Vu sur Facebook | Asie | Europe | Talents cachés