Menu



Victoire de Marseille face au PSG : découvrez les notes de Gana Gueye et Pape Alassane Gueye

Lundi 14 Septembre 2020

Au terme d’un match haché ponctué par cinq expulsions, l’OM l’emporte au Parc des Princes (1-0) grâce à une réalisation de Florian Thauvin. Les Olympiens raflent la mise pour la première fois depuis neuf ans face au PSG.

Pour ce dernier match de la troisième journée de Ligue 1, le Paris Saint-Germain accueillait l’Olympique de Marseille au Parc des Princes. Trois jours après sa défaite inaugurale face à Lens (1-0), le champion de France souhaitait lancer sa saison face au rival marseillais. De son côté, l’OM voulait enchaîner après son succès face au Stade Brestois (3-2) avant la trêve internationale. Pour ce Classique, Thomas Tuchel récupérait Neymar et Angel Di Maria après avoir été positifs au Covid-19. Les deux intéressés démarraient la rencontre au sein du 4-3-3 façonné par le technicien allemand tout comme la nouvelle recrue Alessandro Florenzi.

André Villas-Boas optait lui aussi pour un 4-3-3 et titularisait notamment Maxime Lopez en faux neuf avec Thauvin et Payet en pointe. Dès les premières minutes, le PSG se procurait une grosse occasion. Sur la droite, Florenzi distillait un très bon centre pour Verratti qui obligeait Mandanda à sortir le grand jeu (2e). L’OM ne se laissait pas impressionner pour autant et Rongier tentait une frappe lointaine bien captée par Rico (4e). Le début de match se déroulait sur un rythme effréné et les deux équipes mettaient beaucoup d’impact dans les duels.

Un match extrêmement tendu entre les deux équipes

Contre toute attente, l’OM ouvrait le score. Sur un coup-franc frappé par Payet, Thauvin ajustait de près Sergio Rico (0-1, 31e). Au retour des vestiaires, Le PSG obtenait encore la possession et essayait de mettre la pression sur les buts marseillais. Neymar décalait sur la droite Florenzi qui centrait pour Sarabia dont la frappe était repoussée par Mandanda (57e). Le portier phocéen sauvait une nouvelle fois les siens sur une lourde frappe de Neymar (59e).

Le champion de France poussait avec Bernat qui décalait Sarabia sur la gauche. L’ailier espagnol centrait fort pour Neymar qui se jetait devant Mandanda mais ne pouvait reprendre le ballon (69e). En fin de match, les hommes de Thomas Tuchel paraissaient émoussés physiquement ce qui faisait les affaires marseillaises. Paris avait beau pousser dans les derniers instants du match, la formation phocéenne tenait bon. Dans le temps additionnel, les esprits s’échauffaient et l’arbitre monsieur Brisard excluait Kurzawa, Paredes, Neymar, Amavi et Benedetto. Grâce à ce succès étriqué, l’OM rompait le signe indien et remportait un premier succès face au PSG depuis neuf ans.

PSG
  • Rico (4) : le portier espagnol est mis à contribution rapidement par une frappe lointaine de Rongier (2e). Ce dernier ne peut rien sur l’ouverture du score de Thauvin (0-1, 31e). L’intéressé n’a rien eu à se mettre sous la dent par la suite.
  • Florenzi (6,5) : pour sa première titularisation, le latéral droit italien s’est rapidement distingué. Son premier centre pour Verratti aurait pu être décisif (2e). Averti à la 13e pour un tacle appuyé sur Amavi. Pour ses premiers pas sous le maillot parisien, l’intéressé a été très intéressant dans son couloir offensivement avec une belle qualité de centre notamment. Très généreux dans l’effort, il s’est montré présent dans les duels. Aurait pu être passeur décisif sur l’occasion de Sarabia (57e). Ses interventions défensives ont toujours été réalisées à bon escient. Une belle copie pour son premier match sous ses nouvelles couleurs. Remplacé à la 84e par Dagba qui a essayé d’apporter de la percussion côté droit.
  • Kehrer (5) : positionné en charnière centrale, le défenseur allemand semble plus à l’aise dans l’axe que sur le côté droit. Propre dans la relance, l’international allemand ne s’est jamais démonté dans les duels et a semblé plus serein dans ses interventions.
  • Kimpembe (5,5) : capitaine d’un soir, le défenseur central parisien a fait preuve de détermination sur le pré. Malheureusement pour le champion du monde, son alignement est mauvais sur le coup-franc qui amène le but de Thauvin (0-1, 31e). Très présent dans les duels, il a essayé de faire monter le bloc équipe avec des relances vers l’avant. Le titi parisien sauve son équipe en intervenant face à Payet dans la surface (50e). Le numéro trois a pris ses responsabilités ce soir même si le résultat n’était pas au rendez-vous.
  • Bernat (4) : le latéral gauche espagnol n’a pas eu loisir de trop apporter sur le plan offensif. L’intéressé ne voit pas passer Thauvin dans son dos sur l’ouverture du score (0-1, 31e). Averti à la 51e pour une faute sur Thauvin. L’ancien joueur du Bayern s’est plus porté vers l’avant au retour des vestiaires. Remplacé à la 83e par Kurzawa expulsé à la 90+6.
  • Gueye (4) : le milieu sénégalais devait se reprendre après sa piètre prestation face à Lens jeudi. Plus actif qu’à Bollaert, il a contribué aux bonnes premières minutes parisiennes avant de baisser le pied en fin de premier acte. L’ancien joueur d’Everton s’est montré plus volontaire au retour des vestiaires notamment dans les duels.
  • Verratti (4,5) : le Petit Hibou aurait pu profiter d’un excellent centre de Florenzi pour ouvrir le score (2e). Véritable plaque tournante du milieu parisien, l’international italien s’est démultiplié sur tout le terrain et a essayé d’orienter le jeu de son équipe. Moins en vue dans le second acte ou il a semblé court physiquement. Remplacé à la 71e par Paredes qui ne s’est pas distingué par sa faculté à casser les lignes grâce à ses transmissions. L’intéressé se fait expulser à la 90+8.
  • Herrera (4) : le petit milieu espagnol a bien démarré la rencontre récupérant des ballons au milieu. L’ancien Mancunien couvre Thauvin sur le but marqué par l’ailier olympien (0-1, 31e). Volontaire, il est apparu émoussé physiquement. Remplacé à la 60e par Draxler qui n’a rien apporté
  • Sarabia (3) : l’ailier ibérique s’est montré actif en début de match avant de se montrer beaucoup plus discret par la suite. Idéalement servi par Florenzi, l’international espagnol bute sur Mandanda (57e). Plus disponible dans le second acte, son centre pour Neymar aurait mérité meilleur sort (69e).
  • Di Maria (2) : titularisé pour la première fois de la saison après avoir été testé positif au Covid-19, l’ailier argentin est passé complètement à côté de son premier acte. L’ancien Madrilène n’a absolument rien réussi de ce qu’il a entrepris. Averti à la 73e pour un vilain tacle sur Payet. A court de forme, El Fideo a multiplié les déchets sur le plan technique. Un de ses plus mauvais matchs sous le maillot du Paris Saint-Germain.
  • Neymar (4,5) : pour son retour dans le onze parisien, le numéro dix brésilien s’est montré très mobile proposant beaucoup de solutions au porteur du ballon. Averti à la 11e pour un mauvais geste sur Payet. L’ancien Barcelonais est sorti de son match à plusieurs reprises avec des sautes d’humeur. Très énervé, cela s’est ressenti clairement dans son jeu. S’est bien repris au retour des vestiaires, grâce à son aisance technique et en faisant les bons choix. Sa lourde frappe est bien repoussée par Mandanda (59e). L’international auriverde est trop court sur un bon centre de Sarabia (69e). Même si il a beaucoup entrepris, le numéro dix parisien était bien trop seul pour porter le danger dans la surface marseillaise. Expulsé à la 90+9 suite à un deuxième carton jaune.
OM
  • Mandanda (8) : incroyable Steve Mandanda. Dès la 2e minute de jeu, le portier international français se détendait magnifiquement sur sa droite pour sortir ce tir à bout portant de Verratti. Héroïque. Il rassurait les siens à nouveau sur cette belle prise de balle (36e). Bien vigilant, il était de nouveau décisif sur cette frappe à bout portant de Sarabia, puis de Neymar (57, 60e). Tout heureux de voir la déviation de Neymar s’éloigner du cadre sur cette action (70e). Le champion du monde a été décisif pour son équipe dans ce Classique.
  • Amavi (6) : de bonnes interventions défensives notamment sur cette longue transversale à destination de Florenzi (15e), ainsi que sur cette passe en profondeur bien anticipée par le latéral gauche olympien (28e). Il était toutefois parfois mis en difficulté dans son couloirs par les montées incessantes de Florenzi.
  • Caleta-Car (6) : s’il repoussait sur ce coup-franc parisien le ballon des deux mains et n’était pas sanctionné, il était néanmoins très important dans le jeu aérien, remportant ainsi beaucoup de duels devant le trio offensif parisien. Il était toutefois plutôt tranquille dans ce match, pas embêté par une attaque adverse en manque de repères ce soir.
  • Alvaro (5,5) : le défenseur central argentin rassurait sa défense par son jeu de tête parfait ce soir (28e). S’il profitait de l’absence d’un vrai numéro neuf pouvant l’embêter dans ce domaine-là, il était néanmoins plus en difficulté dans le jeu au sol, lorsque Neymar le provoquait (50e).
  • Sakai (6) : s’il vivait un début de match pour le moins compliqué, écopant un carton jaune pour une faute à priori inexistante sur Neymar (7e), le défenseur japonais se rattrapait bien. En effet, il sauvait les siens à plusieurs reprises, notamment du bout du pied sur cette passe en profondeur de Di Maria à destination de Neymar (40e, 85e).
  • Kamara (5,5) : auteur d’une main non-intentionnelle dans la surface d’entrée de jeu, l’international espoir français était tout heureux de voir l’arbitre désigner un corner, sans avoir fait appel à la VAR (2e). Dans son rôle de milieu défensif, ce dernier était plein, et organisait assez bien le jeu des siens (27e, 31e). Il sauvait l’OM sur ce tacle salvateur dans les derniers instants du match (90+2).
  • Rongier (6) : dans son duel au milieu de terrain avec Verratti, l’ancien Nantais était parfois mis en difficulté par le lutin italien qui ne lâchait pas le ballon d’une semelle. Offensivement très intéressant, il n’hésitait pas à s’essayer de loin, notamment sur cette frappe vicieuse à 25 mètres que captait en deux temps Sergio Rico (5e). Pas avare d’efforts, ses appuis mettaient par moments en difficulté la défense parisienne.
  • Gueye (6) : dans son duel avec Idrissa Gueye, la recrue estivale olympienne sortait très souvent vainqueur, imposant son physique à plusieurs reprises (44e, 55e). Remplacé à la 58e par Benedetto qui se distinguait dès son entrée en reprenant un tir de Thauvin repoussé par Rico, mais il était injustement signalé hors-jeu (64e). Il se faisait également expulser après une fin de match houleuse (90+6).
  • Lopez (4,5) : Invisible offensivement, il aurait néanmoins pu doubler la marque à la demi-heure de jeu sur sa seule action offensive du match, mais un bon retour de Kehrer anéantissait ses espoirs de but (34e). Plus en vue défensivement, ce dernier était toutefois remplacé à la 68e par Strootman qui mettait au profit des siens son expérience pour tenir cette victoire.
  • Thauvin (7) : un peu esseulé sur le front de l’attaque, celui qui était positionné en faux numéro neuf ce soir, était bien en jambes dans ce match et était récompensé contre le cours du jeu à la demi-heure de jeu. Bien placé sur ce coup-franc lointain de Payet, il venait placer une superbe volée du gauche à bout portant qui laissait Rico sans réaction (31e). Il régalait son beau monde sur cette percée de toute beauté, mais Bernat le stoppait irrégulièrement (52e). Remplacé à la 77e par Germain qui n’arrivait pas à mettre le pied sur le cuir, tant les Parisiens poussaient en fin de match.
  • Payet (6) : celui qui avait lancé les hostilités pour ce match, répondait présent dans l’intensité et avait un impact important dans le jeu des siens lorsqu’il s’agissait de conserver le ballon et d’ainsi déstabiliser un Neymar nerveux, sortant de son match par moments. Il n’avait toutefois aucune grosse occasion à se mettre sous la dent, ce malgré quelques coups de pied arrêtés. Remplacé à la 77e par Radonjic qui ne pesait nullement sur la défense parisienne. Invisible.
 
Foot Mercato


Nouveau commentaire :
Twitter

Football | Basket | Athlétisme | Volley ball | Hand ball | Lutte | Tennis | Natation | Arts martiaux | Rugby | Cyclisme | Video | Portrait | Entretien | Coulisses de la Can | Analyse | Blogs | GRAND CAMP | Ils lisent Sport 221 | Echos de la Tanière | Insolites | Le Mondial des coachs | Parole de Supporter | Russie 2018 | CORNER | RETRO | Editorial | Mercato | Foot Local | Arène bi | Equipe nationale | Afrique | Serie A | Espagne | Angleterre | France | Allemagne | Navétanes | Italie | Vu sur Facebook | Asie | Europe | Talents cachés