Menu

SPORT221








Pour l'introduction de la Var dans la lutte... (Par Youssoupha Ba)

Lundi 29 Juillet 2019

Lors du combat Lac de Guiers 2- Boy Niang, il y a eu beaucoup de polémiques sur la chute ou non du lutteur de Pikine. Ce qui a poussé le champion de l'écurie Walo à déposer un recours auprès du CNG (Comité National de Gestion de Lutte) pour réclamer sa victoire en invoquant un "quatre appuis". Moins de deux semaines après le combat, le verdict du CNG est tombe. La victoire revient à Lac de Guiers 2...

Si les responsables de la lutte ont pu estimer qu'il y avait bel et bien chute, c'est à travers les images de la télévision qu'ils ont revisionnées. Autrement dit si le trio arbitrale (le juge et ses deux assistants) avait l'opportunité de revoir les mêmes images en temps réel, ils auraient simplement constaté la chute de Boy Niang et annoncer le même verdict prononcé par le CNG presque deux semaines plus tard.
 
Face à ce recours à la technologie à travers le revisionnage des images d'un combat passé, nous invitons tous ceux qui travaillent pour le développement de notre sport traditionnel à pousser la réflexion pour le rendre plus performant en y apportant de nouvelles réformes pour plus d'équité et de transparence. Loin de nous l'idée de critiquer ou de remettre en cause quoi que ça soit. Mais comme nous sommes à l'heure des hautes technologies, qu’on nous permette de soutenir qu'il est temps que le CNG réfléchisse sur les possibilités de l'introduction de la Var (Assistance vidéo arbitre) dans la lutte professionnelle. Un tel recours à la dernière technologie en matière d'arbitrage, permettra aux juges, sur la base de critères qui seront définis, de consulter les images en cas de doute, pour voir si réellement il y a chute ou pas. Certes, les choses ne seront peut- être pas aussi faciles qu'on pourrait le penser.

Une telle nouveauté électronique demande des moyens techniques et peut -être financiers qui pourraient retarder ou bloquer le projet pour son adoption. A preuve la CAF (Confédération Africaine de Football) infiniment plus puissante que l'instance nationale en charge de la  lutte, n'a eu recours à la Var qu'à partir des quarts de finales lors de la dernière coupe d'Afrique. Mais toujours est- il le débat peut être mis sur la table et faire l'objet de discussions approfondies avec tous les acteurs de la lutte. Comment peut- on remettre à plusieurs jours après un combat, un verdict qui peut être rendu en l'espace de deux ou trois minutes au plus par la magie de la technologie ? Ce sans susciter la moindre contestation. On a souvent vu des lutteurs, après avoir livré un combat, revoir et commenter leur victoire à partir des images rediffusées par des confrères de télévision. Une telle possibilité peut être accordée à nos arbitres pour leur mettre moins de pressions sur les décisions parfois difficiles, compliquées et même risquées qu'ils auraient à prendre. 

Or, cette discipline, dans notre pays, au- delà de son aspect sportif, a des volets économiques, culturels et sociaux. C'est pourquoi nous devons réfléchir ensemble à la rendre plus attractive et plus moderne. Cela doit passer par des réformes majeures mais aussi consensuelles et pertinentes...
 
Youssoupha Ba
(Le Témoin) 

Football | Basket | Athlétisme | Volley ball | Hand ball | Lutte | Tennis | Natation | Arts martiaux | Rugby | Cyclisme | Video | Portrait | Entretien | Coulisses de la Can | Analyse | Blogs | GRAND CAMP | Ils lisent Sport 221 | Echos de la Tanière | Insolites | Le Mondial des coachs | Parole de Supporter | Russie 2018 | CORNER | RETRO | Editorial | Mercato | Foot Local | Arène bi | Equipe nationale | Afrique | Serie A | Espagne | Angleterre | France | Allemagne | Navétanes | Italie | Vu sur Facebook | Asie | Europe | Talents cachés